Journée de culture commune " Recherche et formation"

Journée d'étude Recherche
le  9 novembre 2022
Vig. bonneville
La journée vise à faire se rencontrer sur des problématiques en partage enseignants et futurs enseignants, universitaires, administrateurs, élus, et "amis de l'école".

Les archives de l'INSPÉ s'ouvrent à vous !

Avant de fermer ses portes, l'ancienne école normale de Bonneville nous a laissé un trésor : la collection de vieux livres de sa toute première bibliothèque, entreposés dans les caves depuis un demi siècle. Que faire de ces ouvrages ? La décision a été prise de les préserver, car ils pourraient nous renseigner sur le contenu, les influences pédagogiques et les choix politiques qui ont charpenté la formation des maîtres par le passé dans le département.
C'est ainsi qu'est né le projet de sauvetage de la collection. S'ensuivirent une labellisation "Collection d'excellence" par le Ministère de l'enseignement supérieur, et la restauration des ouvrages par les départements spécialisés des bibliothèques de l'Université Grenoble-Alpes.
Depuis 2021, des historiens se sont penchés sur cette collection. Ils l'ont analysée, comparée à d'autres fonds existants, éclairant ses richesses caractéristiques (méthode active, éducation à la paix etc.) et ses surprenants silences (absence des Petit Lavisse d'origine).

Ces enquêtes seront présentées le 9 novembre. Elles se focaliseront sur deux moments charnières de l'histoire de l'école républicaine où la construction nationale a failli vaciller: les années de fondation ( second XIXème siècle-années 1880) et l'entre-deux-guerres. Ces périodes furent aussi des temps de refonte de la formation professionnelle des enseignants et de transitions scolaires achoppantes. Le travail des historiens permet ainsi de remettre en perspective certaines problématiques structurelles de la formation des enseignants (relations entre État et territoires, difficultés de recrutement et d'existence des maîtres etc.) qui, loin d'être inédites, sont récurrentes dans l'histoire longue de l'école. Sont également mises au jour des réponses politiques et des initiatives d'acteurs porteuses de solutions inspirantes face aux crises vécues comme inextricables par leurs contemporains.

Sans aucun doute, ce miroir historique parlera aux étudiants d'aujourd'hui. Il peut donner le goût à la pratique de l'enquête dans la classe, à l'éducation des enfants au questionnement méthodique et à l'esprit critique, des outils désormais indispensables. Les ateliers de l'après-midi y seront consacrés.

La journée vise à faire se rencontrer sur des problématiques en partage enseignants et futurs enseignants, universitaires, administrateurs, élus, et "amis de l'école". L'objectif est de faire émerger une réflexion commune sur les défis actuels de la formation des maîtres au regard de l'histoire. La participation d'universitaires régionaux, nationaux et internationaux permet d'insérer le cas de la Haute-Savoie dans un réseau ample et dynamique de réflexion sur la formation des maîtres, d'où pourront émerger de nouvelles perspectives de recherche en histoire de l'éducation.
 
Cette conférence est ouverte à tous sur inscription.

Les thématiques abordées

Formation des maîtres et construction nationale, quelle place pour les écoles normales ? le cas de la Haute-Savoie (1882-1923)

Lieu : salle Pierre Lamy à Annecy

8h30 :  Mots d’accueil
9h-10h30 : Recompositions politiques & territoriales scolaires en mouvement (du second XIXe au tournant des lois Ferry)

  • Naissance et développement d’un enseignement primaire d’État en Savoie ( 1848-1880) par Jean-Yves Julliards (chercheur au LARHRA).
  • Controverses autour du site d’implantation de l’école normale de garçons de Haute-Savoie ( 1881-1887) : le solutionnement local d’un défi national par Martine Koné (formatrice à l'INSPÉ d'Annecy-UGA).
  • Les Petit Lavisse, des manuels d'histoire pour faire nation par Étienne Bourdon (MCF-HDR, INSPÉ de Grenoble-UGA, LARHRA et Laboratoire de L'Éducation, ENS de Lyon).
  • Recueil de questions et échanges avec la salle

10h45 : Rôle d'acteurs pédagogues dans l'entre deux guerres  : comment l’école normale de Bonneville devient un foyer d’éducation à la paix

  • Éduquer à la paix dans les années 1920 : l’influence d’instituteurs anciens combattants haut savoyards dans la critique de l’enseignement de l’histoire par Benoît Falaize (IGEN et chercheur correspondant du centre d'histoire de Sciences Po Paris).
  • Jules Payot, promoteur de paix et de méthodes actives : l’empreinte profonde d’un recteur atypique (années 1900-1930) par Jean-François Condette (professeur d'histoire contemporaine, Université de Lille, IRHIS).
  • Rayonnement transfrontalier de l'Institut Rousseau de Genève  : Ain, Rhône, Haute-Savoie, (1922-1932) par Frédéric Mole (MCF, Université Jean Monnet de Saint-Étienne, collaborateur scientifique de l'équipe de recherche en histoire sociale de l'éducation de Genève).

12h15 : Conclusion générale par Jean-Noël Luc (professeur émérite d'histoire contemporaine, Sorbonne université).
Quelques réflexions sur l'histoire nationale et locale de l'éducation

Mener des enquêtes historiques en classe mais comment ? 

Lieu : collège des Balmettes à Annecy

14h : Causeries (ouvertes à tous, au choix)

  • Conduire et exploiter des entretiens avec des témoins par Anne-Marie Granet-Abisset
  • L’apport du conservateur au chercheur par Joëlle Rochas (conservatrice en chef, Mission Coopération documentaire scientifique -BAPSO-UGA).

15h : Pratiquer l'enquête historique à l'école primaire  (un atelier au choix - 40 minutes)

  • Percer les silences de l’histoire : retrouver le rôle social des institutrices dans leur commune pendant la Grande Guerre par Jean-Paul Zampin (conseiller pédagogique de Saint-Gervais, membre du groupe départemental Citoyenneté, titulaire d'un M2 histoire obtenu à l'USMB sous la direction de Sylvain Milbach).
  • De Vétraz-Monthoux au camp de concentration de Dora, des élèves de CM 1-CM2 à la recherche de réponses à leurs questions par Manuel Laly, (PEMF et Hervé Laly, docteur en histoire, ancien formateur de l'INSPÉ).
  • Faire parler l’implantation et l’architecture de bâtiments communaux républicains par Martine Koné (formatrice à l'INSPÉ d'Annecy-UGA).
  • Mémoires héritées, histoire partagée : des élèves de l’école élémentaire échangent sur la guerre d’Algérie par Mireille Béruard (PEMF et responsable USEP animatrice de débats
    « remue méninges,» membre du groupe départemental Citoyenneté).
  • Enquêter sur un personnage-mystère à partir d’une donnée toponymique locale par Mélanie Nortier (membre du groupe départemental Citoyenneté, conseillère pédagogique départementale, M2 d'histoire contemporaine préparé à l'université de Franche-Comté sous la direction de Jean-Paul Barrière).
  • La place de l’objet dans la compréhension et la mise en perspective des mémoires de la Guerre de 1914-1919 par Jérémy Pignard (professeur d'histoire-géographie au collège Plan Menu de Coublevie, docteur en histoire contemporaine).
Cette journée est portée par l'équipe de l'antenne d'Annecy et les formateurs membres du groupe de la DSDEN 7
Publié le  13 octobre 2022
Mis à jour le  19 octobre 2022